Relations de l’EFPS avec les commissions scientifique et environnement

Samedi 25 novembre, nous avions demandé à pouvoir participer au conseil technique des commissions scientifique et environnement qui se tenait à Courthéson, juste avant Spélimage. C’est motivant de descendre pour une réunion lorsque l’on sait qu’il y aura un événement aussi sympa que Spélimage. C’est maintenant un pèlerinage, chaque année ou presque, nous descendons dans le Vaucluse pour cet événement spéléologique national. J’arrive un peu tard pour suivre l’ensemble des débats du CT. Cependant, j’ai pu profiter d’un brillant exposé de Frédéric URIEN sur le site Grotto-Center et l’exportation des données. De nombreuses questions et réticences à diffuser nos données se font entendre. Il est vrai que certains aimeraient pouvoir les récupérer pour un usage mercantile sans voir sué boue et argile. Mais l’esprit spéléo est là. La mutualisation des connaissances est en route inexorablement.

 

L’objet premier de ma visite reste la présentation des projets « scientifiques et environnementaux » de l’école française de plongée souterraine. Josiane LIPS me donne la parole afin de les exposer :

  • Isabelle PERPOLI reprend la mission scientifique de l’EFPS,
  • les stages scientifiques de l’EFPS ne reçoivent pas suffisamment de stagiaires. Le milieu est trop restreint. Ne pourrait-on pas envisager un stage commun aux trois écoles en choisissant un site qui permet les trois pratiques ? La proposition trouve écho dans l’assemblée. Le principe du stage reste basée sur une demi-journée de prélèvements et les jours suivants sont consacrés à l’observation, l’analyse, l’exploitation des données.
  • Nous souhaitons remettre en place des week-ends à thème scientifique sur un site donné. La mort de Bébert avait mis en sommeil ces actions qu’il portait beaucoup dans les aspects biospéologiques. Nous sollicitons les deux commissions afin qu’elles nous accompagnent en apportant les compétences théoriques et techniques pour l’exploitation des observations. La première opération pourrait être sur le Vidourle souterrain avec l’aide de Michel Wiesmin au mois de mai.
  • Travail de plus longue haleine, Isabelle se propose de rassembler le maximum de données déjà produites par les plongeurs mais jamais ou peu exploitées pour en faire une base de données. Dans un second temps, il faudra explorer, organiser et publier ces dernières. L’édition devrait prendre deux formes : un état des lieux des sites étudiés mais aussi des fiches synthétiques sur les protocoles mis en place, les observables en siphon et les analyses que nous pourrions en faire.

Le conseil technique nous a écouté d’une oreille attentive et valide nos pistes de travail.

Retour rapide dans la salle de projection pour retrouver le programme pléthorique de films de Spélimage. Au fil des ans, la qualité des présentations s’est nettement améliorée. En revanche, on accroche ou pas aux sujets et la manière de les traiter. Nous avons eu un petit faible pour le film de Brice Maestracci : « Burle plongée », celui de Marlène Garnier « Luire bleue » mais aussi le voyage poétique de « Sous la glace » de Barnabé Fourgous. Peut-être parce ce sont des copains ou plutôt car c’était avant tout de l’exploration ?

Nous avons pu aussi apercevoir Olivier Lanet dans ces explos à la Poya sous Flaine dans un film de Gérald Favre. Carlos Placido est apparu furtivement dans les images de l’exercice secours de Nantua. C’est aussi l’occasion de rencontrer ces spéléos qui font l’histoire de notre activité comme Sylvain Redoutey, Daniel Dumas, Pat Génuite… Magnifique soirée.

Par Jeanlouiszimmermann — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=8406547

About the Author: EFPS